X

Bienvenue sur le site officiel du Champagne

En visitant ce site, je certifie avoir l’âge légal pour la consommation d’alcool dans mon pays de résidence

MENU FERMER

showsearch
Il n'est Champagne que de la Champagne
  • facebook
  • twitter
  • instagram
  • youtube
  • wechat
  • rss

Terroir et appellation

<

L'appellation Champagne

>

La consécration de l’appellation Champagne

Au tournant du siècle, phylloxéra et première guerre mondiale détruisent la majeure partie du vignoble et les Champenois vont replanter en prenant conscience de l’existence d’un patrimoine collectif à protéger. Le terroir va ainsi être délimité par une loi et les usages codifiés. Puis, la reconnaissance de l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) Champagne vient consacrer en 1936 un processus de plusieurs siècles.

Se rassembler et refonder

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le vignoble était très vaste et atteignait plus de 60 000 hectares. Le phylloxéra efface tout ! Pour faire face au fléau, les vignerons et les maisons, qui possèdent elles aussi des vignes, fondent en 1898 l’AVC, Association Viticole Champenoise.

Le nouveau départ du vignoble

Le but de l'Association Viticole Champenoise est :

  • de lutter contre le phylloxéra,
  • d’aider à la reconstitution du vignoble,
  • de mener des études et expériences,
  • et, enfin, de former les vignerons à toutes les nouvelles pratiques.

L’AVC prenant rapidement conscience que la seule solution réside dans l’arrachage des vignes malades et la replantation de vignes greffées, les vignerons champenois en profitent pour ouvrir la porte au progrès. La vigne en foule est remplacée par de la vigne palissée, ce qui implique une densité différente – elle passe de 40 000 pieds à environ 8 000 pieds à l’hectare – et un nouveau mode de taille, l’adoption de nouvelles techniques de palissage, rognage, etc.
Les Champenois ne replantent que sur les meilleurs terroirs. En 1919, le vignoble ne représente plus que 12 000 hectares.

La délimitation

Grâce aux premiers procès intentés par les maisons de Champagne, le nom Champagne ne pouvait s’appliquer qu’aux vins récoltés et manipulés en Champagne. Encore fallait-il savoir ce qu’il convenait d’entendre par la Champagne et quelles en étaient les limites exactes. D’autant qu’à l’époque, quelques nouveaux élaborateurs peu scrupuleux importaient des vins d’autres vignobles.

Pour mettre fin à ces pratiques frauduleuses, les vignerons, structurés en Fédération de syndicats depuis 1904, réclamèrent la délimitation de la Champagne viticole.

La loi du 22 juillet 1927 fixa la délimitation de la Champagne viticole. Le critère retenu pour le droit à l’appellation fut l’antériorité viticole des terrains.

L’antériorité consistait à être planté en vignes à la date de publication de la loi ou avant l’invasion phylloxérique. Pour délimiter, il fut demandé à chaque commune qui le désirait d’établir la liste des parcelles pouvant revendiquer l’appellation Champagne.

Une commission interdépartementale devait ensuite statuer sur ces listes. Cette méthode eut le mérite de permettre l’établissement d’une délimitation qui fit consensus, même si des faiblesses se révélèrent au cours des années qui suivirent.

Les règles de qualité

La première des règles de qualité fut fixée dans la loi de 1927. Elle n’autorisait que les cépages traditionnels de Champagne, à savoir pinot noir, meunier et chardonnay, pinot blanc, pinot gris et arbanne et petit meslier.

Mais le vrai combat pour l’exigence de qualité s’intensifia des années 1931 à 1935, après les crises de surproduction et de mévente, qui provoquèrent l’effondrement des prix du raisin. À leur demande, les Champenois obtinrent alors un décret spécial le 30 septembre 1935, qui fixa des règles de qualité complémentaires :

  • rendement à la vendange, 
  • degré alcoolique minimum, 
  • rendement au pressurage,
  • vieillissement,

et créa la Commission de Châlons pour contrôler leur application. D’autres vignobles vivant la même crise, les Associations Viticoles de France demandèrent au Gouvernement de les soutenir pour fixer les normes de certaines appellations, les propager, contrôler la production et sévir contre les fraudes.

Appellation d'Origine Controlée (AOC)

C’est ainsi que naquit :

Le 30 juillet 1935, la notion d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) et l'Institut national des appellations d’origine (INAO) rebaptisé depuis l'Institut national de l'origine et de la qualité.

Le 29 juin 1936, le Champagne devint Appellation d’Origine Contrôlée (AOC)

L’ensemble des règles que s’étaient imposées les Champenois dans les lois et décrets de 1919, 1927 et 1935 fut entériné.

Depuis la réforme de l'INAO en 2007, l'appellation Champagne est régie par le cahier des charges de l'appellation en date du 22 novembre 2010. 

Interprofession

Le Comité Champagne