X

Bienvenue sur le site officiel du Champagne

En visitant ce site, je certifie avoir l’âge légal pour la consommation d’alcool dans mon pays de résidence

MENU FERMER

showsearch
Il n'est Champagne que de la Champagne
  • facebook
  • twitter
  • pinterest
  • youtube
  • google+
  • wechat
  • rss

Viticulture durable

Ce premier point concerne principalement les produits de protection des plantes.

Protéger la vigne

Le recours aux produits de protection de la vigne, qu'ils soient d'origine naturelle ou de synthèse, est une nécessité technique et économique. La situation géographique du vignoble champenois (vignoble septentrional), comme d’autres grands vignobles dans le monde, lui confère une sensibilité particulièrement élevée en raison d’un climat favorable au développement des maladies et ravageurs.

Investir en recherche et développement

Depuis plus de vingt ans, la profession a énormément dans ce domaine investi en recherche et développement.

Les produits sont aujourd’hui utilisés de manière responsable et avec discernement dans le cadre de la viticulture durable ou de la viticulture biologique. Quel que soit le système retenu, les grands principes sont les mêmes :

  • respect des équilibres naturels et prophylaxie (soins culturaux préventifs),
  • évaluation des risques (suivi de la météo, consultation des avertissements, observations parcellaires, prise en compte des seuils d’intervention),
  • choix des produits les moins dangereux pour l’homme et l’environnement (par exemple choix de produits d’origine exclusivement naturelle en viticulture biologique),
  • maîtrise des applications et notamment de la qualité de pulvérisation.

Des outils d'aide à la décision

Concrètement, de nombreux outils d’aide à la décision ont été mis au point par la profession pour aider les producteurs dans l’application sur le terrain de ces quatre grands principes :

  • référentiels techniques (viticulture durable, traitements aériens),
  • guides pratiques,
  • réseau de stations météo automatiques,
  • modèles épidémiologiques,
  • systèmes d’avertissement par fax ou internet,
  • réseaux de surveillance (Magister),
  • logiciel de choix des produits,
  • cartes-conseils…

Quand le risque est jugé important pour la qualité de l’eau ou de l’air, la profession va même parfois jusqu’à appliquer le principe de précaution en déconseillant aux viticulteurs l’emploi de certains produits pourtant autorisés aux niveaux français et européen.

Des conseillers viticoles sur le terrain

Une trentaine de conseillers viticoles sont mobilisés sur cet objectif : ils sillonnent chaque semaine et de manière coordonnée le vignoble, animent des réunions communales, mettent en place des opérations de démonstration et des sites pilotes, répondent au téléphone, sensibilisent, conseillent et accompagnent les vignerons dans cette démarche.

Un bilan positif

La mise en œuvre de ces lourds moyens porte désormais et de manière incontestable ses fruits.
Elle a permis de réduire significativement les quantités de produits phytosanitaires appliquées (-50 % en ordre de grandeur depuis le milieu des années 1990) et de sécuriser leur utilisation. Le Grenelle de l’environnement a donc largement été anticipé sur ce point. Cette baisse touche particulièrement les produits les plus dangereux et ceux dont le risque d’être retrouvé à l’état de traces dans l’environnement est le plus grand. Aujourd’hui, près de 50 % des quantités de produits appliquées en Champagne sont autorisés en agriculture biologique. La Champagne est même une des régions leader en Europe pour le développement de la technique biologique de confusion sexuelle qui permet la quasi-suppression des traitements insecticides classiques (plus de 13 200 hectares protégés par cette méthode en 2013, soit près de 40% des surfaces de l’AOC).

La viticulture biologique n’est pas en reste : elle a vu ses surfaces multipliées par 5 en 10 ans. Son importance demeure toutefois limitée (1 % des surfaces).

  • L’objectif de la profession est désormais d’amplifier ces efforts  et de relever le challenge fixé en France par le Grenelle de l’environnement, c'est-à-dire réduire de 50 % si possible les usages de phytosanitaires à l’horizon 2018. 

  • La filière souhaite également réduire l’utilisation des intrants azotés et poursuivre le développement en cours de la viticulture biologique.

Viticulture durable en Champagne

voir la vidéo

  • porttorrent.com