MENU FERMER

showsearch
Il n'est Champagne que de la Champagne
  • facebook
  • twitter
  • instagram
  • youtube
  • linkedin
  • rss

Un vin de talent

Le nectar des rois

Rois, princes et nobles seront les premiers amateurs de Champagne. Ce sont eux qui feront connaître l’excellence de ces vins et en seront les meilleurs représentants. Les anecdotes ne manquent pas : quand Charles VI rencontre le roi de Bohême au XIVème siècle, c’est aux vins de Champagne qu’on attribue les qualités diplomatiques qui permirent à l’entrevue de se passer dans les meilleures conditions.

On sait aussi que Frédéric II de Prusse était tellement fou de Champagne qu’il en offrit aux membres de son Académie pour qu’ils évaluent “scientifiquement” sa différence avec les autres vins.

À la Cour de France, les historiens rapportent le goût pour les vins de Champagne de Marie-Antoinette, de Madame de Pompadour et bien sûr du Régent, dont les célèbres soupers ne se concevaient pas sans Champagne à profusion. Quand Louis XV fait peindre le célèbre “Déjeuner d’huîtres” de Jean-François De Troy pour sa salle à manger, le Champagne y figure comme vin de choix. Personne n’ignore que le tsar Alexandre Ier de Russie se faisait livrer en quantité considérable au rythme de ses envies et fit même réaliser pour sa consommation personnelle des bouteilles en cristal.

Quelques années plus tard, un autre maître de la Russie, Kroutchev, en fut un amateur averti. Le roi Edouard VII, comme bon nombre de monarques anglais, adorait cette effervescence “so frenchy”.

Et aujourd’hui, tous les grands de ce monde ont leur Champagne favori et leurs choix sont aussi variés que leurs convictions politiques. La diversité des vins de Champagne le permet.

Un vin aussi célèbre que ceux qu’il inspire

Notre Voltaire évoque dans une satire en 1736 : “De ce vin frais l’écume pétillante - De nos François est l’image brillante”. Quand Frédéric Chopin part vivre son grand amour avec George Sand à Majorque, il avoue que ce vin-là sait le rendre spirituel, voire un peu fou. Un autre grand écrivain, Alexandre Dumas, prétendait mettre une coupe de Champagne à côté de son encrier et souhaitait à sa plume une inspiration pétillante. Les vins de Champagne délient les langues.

Léon Daudet raconte une joute littéraire entre Barrès et Mallarmé dont le Champagne est l’arbitre amusé. Les grands musiciens aussi sont émus par le Champagne : quand Beethoven les évoque, c’est une vraie symphonie de louanges; Richard Wagner, amèrement déçu par l’échec de Tannhauser à Paris, ne se réconcilie avec la France que grâce à ce vin “qui lui seul lui redonne le goût à la vie”.

Plusieurs peintres du début du siècle ont mis le Champagne dans leurs tableaux. On le voit chez Utrillo, Manet le peint dans son “Bar aux Folies Bergère” et entre les deux amoureux attablés “Chez le père Lathuile” (1879).

Une star pour les stars

Les bulles du Champagne s’invitent aux tables de ceux qui brillent. Certains ne cachent pas qu’ils ne peuvent s’en passer.

Marlène Dietrich écrit dans ses Mémoires qu’elle aime le Champagne parce qu’“il donne l’impression que c’est dimanche et que les jours meilleurs sont très proches”. Greta Garbo dans “Ninotchka” succombe aux charmes des vins de Champagne et du luxe, alors qu’elle interprète une Russe en visite à Paris ; Audrey Hepburn, Jeanne Moreau, Marilyn Monroe ou Juliette Binoche parmi bien d’autres, sont des héroïnes amoureuses du Champagne. Mistinguett, Maurice Chevalier l’ont chanté et célébré, Jacques Higelin et Serge Gainsbourg aussi.

Un vin héros de roman

De Pouchkine à Henry Miller ou à Hemingway, de Balzac, Zola, Maupassant à Colette, de Françoise Sagan, John Le Carré, à Frédéric Dard ou Ian Fleming, père de James Bond, de nombreux romanciers lui ont donné vie avec leurs mots d’esprit. Américain provocateur, Truman Capote prétend que pour se moquer de la mort, rien ne vaut une coupe de Champagne. Arsène Lupin, lui, n’hésite jamais entre un Champagne brut et un Champagne doux, il préfère l’extra-brut.

Amélie Nothomb, grande amoureuse du Champagne, lui consacre de nombreuses pages dans plusieurs de ses romans.

Winston Churchill en parle dans ses Mémoires : l’écrivain, le politique et l’homme de goût sont d’accord, le Champagne est un plaisir quotidien pour qui sait ce que vivre veut dire !