Il n'est Champagne que de la Champagne

Vignerons & Maisons

La taille

Les gestes précis de la taille ne sont pas laissés à l’initiative de chacun, mais sont réglementés depuis 1938. C’est la seule AOC qui réglemente ce domaine de manière aussi rigoureuse, détaillée et complète.

Un acte fondateur pour la vigne

Parmi les travaux de la vigne, la taille est l’acte fondateur, car c’est d’elle, de sa précision, de son intelligence que dépendra la qualité de la vendange. Elle induit la vigueur, la fertilité, la maturité de la vigne. Elle conditionne son développement et son épanouissement. C’est la première opération après les vendanges. Elle commence dès la chute des feuilles, s’arrête de mi-décembre à mi-janvier, afin de respecter le repos hivernal de la plante. Elle reprendra jusqu’à fin mars.

Les 4 tailles champenoises

La réglementation prévoit l’autorisation de 4 types de taille.

Les 4 méthodes champenoises de taille de la vigne

  • La taille Chablis : taille longue sur charpente longue .
  • La taille Cordon et Cordon permanent : taille courte sur charpente longue unique.
  • La taille Guyot : taille longue sur charpente courte, qui peut être simple, double ou asymétrique.
  • La taille Vallée de la Marne (seulement pour le meunier) : Taille longue sur charpente courte.

Découvrez la taille en vidéo

La taille un acte "raisonné"

Avant de se lancer dans son premier geste, le vigneron évalue :

  • la vigueur générale du cep,
  • son équilibre : répartition et nombre des bourgeons, positionnement vertical ou latéral, chevauchement, 
  • la perspective de croissance pour l’année qui vient : longueur de la charpente, risque de chevauchement de la charpente voisine au moment du liage, choix du sarment qui sera lié,
  • la nécessité d’un rajeunissement ou pas, la vigueur du lancement s’il a été fait, la situation du rachet (bourgeon de lancement situé au pied du cep).

Les rôles de la taille

Équilibre vigueur / fertilité
Le premier rôle de la taille est d’assurer la meilleure circulation possible de la sève vers les bourgeons fructifères. Il importe donc que la sève soit distribuée à tous les bourgeons à peu près également car elle génère la vigueur nécessaire à leur croissance. Mais l’excès de sève gêne la fertilité. C’est donc en équilibrant vigueur et fertilité, deux qualités difficiles à concilier, qu’on atteindra la qualité idéale.

Le choix du type de taille permet d’atteindre cet équilibre. Avec une charpente longue, la sève circule difficilement. Ainsi, d’une part elle se répartit mieux le long du sarment, ce qui favorise la vigueur, et d’autre part évite les excès d’irrigation des bourgeons, ce qui favorise la fertilité. La taille longue accentue ce phénomène, car elle crée des nœuds qui ralentissent encore la circulation de la sève.

Équilibre de la silhouette de la vigne
La taille donne sa forme à la vigne et la prépare aux futurs travaux de taille en vert. Le but est d’éviter l’entassement du feuillage, de maximiser la capture des rayons lumineux par une surface foliaire optimale, et de favoriser ensuite l’aération des grappes.

Équilibre durée de vie / productivité
La taille gère la vie de la vigne. Quand elle produit trop, elle s’épuise. Le vigneron doit donc veiller à sa régulation. Il la rajeunit régulièrement en relançant les bourgeons du pied (le rachet) qui formeront la charpente jeune se substituant à la charpente ancienne.

Juste après la taille, le liage

Le liage a lieu dans la foulée de la taille, début avril. Il consiste à passer les sarments de part et d’autre du fil de support, puis à les y attacher avec un petit fil de fer protégé de papier ou autre matière biodégradable. C’est une opération manuelle qui requiert précision et rapidité.

Liage de la vigne taillée